Ramuntxo Tonges et la fascination du rythme

Par Les Absolute le 30 mars 2015

Percussioniste_concert

Les percussions accompagnent les Hommes depuis la nuit des temps et elles rythment la plupart des genres musicaux : musique traditionnelle, musique classique, musique amplifiée ...

Lorsqu'elles sont bien utilisés, elles peuvent être au centre d'expériences incroyables, notamment dans l'évènementiel.

Pour nous en parler, nous avons rencontré Ramuntxo Tonges, percussionniste professionnel. Ce musicien de talent combine plusieurs casquettes : enseignant de percu, directeur artistique, régisseur, ingénieur du son ... Il est aussi le fondateur de l'association Hip-Percut qui, depuis 14 ans, propose des cours de percussions et de danse africaine pour les enfants et les adultes dans la région bordelaise.

Ramuntxo intervient aussi lors d'évènements d'entreprise, notamment pour orchestrer les Défis Live Music organisés par Les Absolute.

Dans cette interview, il nous parle avec passion de son métier, de son approche et de son parcours atypique.

Les Absolute : Bonjour Ramuntxo. Tu travailles depuis plusieurs années avec Les Absolute. Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Ramuntxo Tonges. J'ai rencontré Fabrice et François lors d'une fête de la musique. Je venais de finir un concert et nous avons discuté un petit moment. Quelques jours après, ils m'ont rappelé et nous nous sommes rencontrés. Ils m'ont expliqué leur métier, leur vision de l'évènementiel et leurs valeurs. On a très vite accroché. Notre première collaboration s'est déroulée un peu plus tard, lors d'un gros show qu'ils organisaient en Suisse pour Cartier. J'en garde un souvenir extraordinaire : il y avait une scène énorme, 2 000 personnes dans le public, une grosse ambiance et des musiciens de talent avec qui j'ai pu jouer, comme Hervé Koster par exemple, le batteur de Yannick Noah !

Peux-tu nous expliquer le concept de ce show ?

Le concept inventé par Absolute s'appelle le Défi Live Music. C'est un challenge artistique qui fédère tous les participants d'un évènement autour d'une œuvre musicale créée pour l'occasion. Nous apprenons aux participants des séquences rythmiques qu'ils vont ensuite rejouer tous ensemble en live avec le groupe. C'est un véritable show participatif qui rassemble le public, des danseuses et un groupe de musiciens.

Percussioniste_live

Mais jouer en rythme, sans aucune connaissance musicale peut paraître effrayant pour certaines personnes, non ?

Oui, c'est parfois le cas. Et c'est ça qui est magique, car malgré cette appréhension, ça marche à tous les coups ! Que l'on soit avec un groupe de 20 personnes ou dans une salle de 2 000 personnes, tu arrives toujours à une réussite collective.

Mais tu l'expliques comment ? C'est de la sorcellerie ?!?

Non, pas du tout (il rigole), c'est ce que les grands maîtres percussionnistes africains appellent la "fascination du rythme". Tu vois, dans la vie de tous les jours, l'individu fait inconsciemment des choses en rythme et se synchronise en permanence. Par exemple, quand tu marches, tu te déplaces forcement dans un rythme. Quand tu parles, il y a un rythme aussi... On a tous le sens du rythme en nous, il suffit juste de le développer.

Si le percussionniste est à la fois pédagogue et charismatique, il sera capable de réveiller ce sens du rythme et d'inciter tout le monde à le suivre. Les gens se sentent entrainés presque malgré eux. C'est ça la fascination du rythme.

percussion_live

Il est donc assez facile de faire jouer des rythmes simples à des groupes et de les accompagner vers une dynamique de réussite qui génère de la surprise et du plaisir.

Bon, dit comme ça, ça à l'air assez simple. Mais j'imagine que tu dois les faire passer par plusieurs phases avant qu'ils jouent tous en rythme ?

Effectivement, il faut faire preuve de pédagogie et de beaucoup d'enthousiasme.

Tout démarre par un concert où les musiciens jouent avec le public avec quelques interactions classiques. Puis, peu à peu, on donne aux participants quelques bribes rythmiques simples qu'ils reproduisent en tapant dans les mains. Ensuite, on complique un peu la tâche en coupant la salle en deux avec des consignes rythmiques différentes.

Une fois que tout le monde est bien chaud, on distribue des tubes mélodiques que les participants utilisent comme percussions. On entre alors dans une phase de training avec le public où l'on va reprendre les rythmes acquis précédemment. On va aussi se mettre d'accord sur des signes qu'on fait sur scène pour qu'ils passent d'une séquence à une autre. On décide d'une intro, d'un final ... bref, on construit le morceau avec eux.

Arrive enfin la dernière étape, où l'on déclenche les rythmiques avec le public mais en lançant par dessus un bande sonore conçue pour l'occasion avec le nom ou le slogan de l'entreprise par exemple. Les musiciens et le public jouent ensemble, c'est vraiment puissant. Les gens ont le sourire, s'éclatent, certains sont même émus,... c'est une expérience collective plutôt grisante. La percussion dispose d'une telle force libératrice qu'après s'être défoulés durant l'animation, les participants se sentent bien, détendus.

C'est aussi un super message de cohésion et de solidarité pour l'entreprise ou la marque.

Oui, c'est vrai. La finalité de cette activité est de montrer que l'on est capable de faire des choses tous ensemble. Des choses qui au départ, nous paraissaient peut-être impossible à réaliser. C'est un message très positif pour une entreprise. Cela permet de rassembler des salariés qui n'ont pas l'habitude de travailler ensemble, de lancer une dynamique de groupe dans une équipe, de tisser des liens entre les individus ou tout simplement de faire vivre une expérience inoubliable à des clients ou des partenaires ... En fait, le concept est facilement transposable aux objectifs d'une entreprise.

Et quand tu travailles avec des groupes plus réduits, comment tu fais pour déstresser les participants et les faire adhérer au projet ?

J'utilise l'humour pour décontracter l'atmosphère. C'est important de construire une ambiance conviviale, c'est plus facile pour la suite. Les participants te suivront plus facilement s'ils te trouvent sympa et s'ils te font confiance. Et puis, l'animation se passe souvent dans des lieux incroyables qui sont propices au "lâcher prise".

Et il y a des lieux qui t'ont marqué ?

Absolute a l'habitude de proposer des cadres exceptionnels pour leur évènement, mais il y deux lieux qui m'ont marqué en particulier. Tout d'abord le Pavillon Baltard à Paris pour Auto-Sécurité. On était dans des conditions live d'un très haut niveau. Les vibrations étaient fabuleuses.

Concert-participatif-percussions

Et puis, une intervention en bord de mer à Saint-Jean de Luz pour Orange. Le groupe était plus réduit et on a joué du djembé devant un paysage de carte postale, en communion avec la nature, c'était aussi très fort pour tout le monde.

concert-percu-plage

Parlons un peu te toi maintenant. Raconte-nous ta première rencontre avec un percu ?

J'avais 18 ans, je me suis inscrit avec des copains à un cours de percu animé par Jean-Luc DUBROCA. Je n'avais jamais fait de musique et on s'y été inscrit parce que c'était pas cher et pour passer le temps. Et là, il s'est passé un truc incroyable, ça m'a pris aux tripes et je suis littéralement tombé amoureux de l'instrument. A la fin du stage, j'ai foncé m'acheter mon premier djembé. Puis, quand je suis rentré chez moi je me suis dit "Mais le djembé, ça ne se joue pas tout seul !". J'ai donc trouvé d'autres passionnés et on se retrouvait pour jouer, tous ensemble, s'apprendre des trucs, bref ... progresser. C'est comme ça qu'est né notre asso d'ailleurs.

Et du coup, comment s'est passé ton apprentissage ?

Je me suis totalement investi, j'ai fait des stages avec des maîtres percussionnistes, joué avec des musiciens bien plus forts que moi, accompagné des cours de danses africaines ... bref, un apprentissage permanent au contact des autres. J'ai aussi énormément progressé dès que j'ai commencé à donner des cours, ça m'a obligé à travailler encore plus dur.

Et à quel moment tu as décidé d'en faire ton métier ?

Au début, c'était juste une passion que je vivais en parallèle de mes études en ébénisterie. En 2007, j'ai eu un grave accident et j'ai perdu la vue de l'œil gauche. Après sept opérations et plusieurs mois de convalescence, j'ai dû affronter une dure réalité, l'abandon de ce métier d'ébéniste-sculpteur qui me plaisait beaucoup. Alors, plutôt que de déprimer à cause de ce handicap, je me suis donné deux ans pour vivre de la musique. J'en ai profité pour développer l'asso et mettre en place mes diverses activités de direction artistique, régisseur son, cours, stages, ... Finalement, c'est grâce à la percu si j'ai dépassé ce drame et si je peux vivre pleinement ma vie aujourd'hui.

Merci de nous avoir confié cette expérience, c'est une belle leçon de vie.
Pour conclure, parlons un peu du festival Walcouma que ton association organise le 28 juin. Quel est le programme de cette huitième édition ?

Walcouma est un festival en plein air qui rassemble de nombreux percussionnistes et groupes de danses à Créon (prés de Bordeaux). Cette année, le groupe HIP-PERCUT avec tous les élèves de l'asso vont proposer « L'arbre à fruits » un spectacle qui plongera le public dans un village étonnant. Puis, nous accueillerons les Rythmopathes, une troupe de danseurs, musiciens, percussionnistes et chanteurs, pour un show de percussion corporelle, Gumboots, bodyrythme ... ils sont épatants ! Enfin, nous conclurons avec notre spectacle participatif, le Défi 360 Live Tour, où le public deviendra véritablement acteur de la soirée.

 

Merci à Ramuntxo pour cet échange passionnant. Pour en savoir plus sur le Défi Live Music des Absolute, vous pouvez visionner cette vidéo :

 

Inscrivez-vous à notre blog et recevez des infos toutes 
les semaines !

Suivez-nous sur :

 
   
Téléchargez gratuitement